Biographie Claude François
Contact
Le Moulin de Dannemois
Le site officiel
La discographie par R. Veillez
 

Biographie Claude François




Tous droits réservés.

Claude François, surnommé Cloclo, (1939-1978), auteur-compositeur-interprète français.

Né le 1er février 1939 près du lac Timsah, à Ismaïlia en Égypte, il est mort accidentellement le 11 mars 1978 à l'âge de 39 ans à Paris, électrocuté dans sa salle de bains en manipulant une applique murale défectueuse.


Famille

  • Son père, Aimé, Français originaire d’Égypte, est contrôleur du trafic sur le canal de Suez, lors de sa naissance le 1er février 1939, à Ismaïlia en Égypte.

Il porte les prénoms Claude, Antoine, Marie. Il était de tradition chez les François d'appeler les garçons par un prénom commençant par un A, mais Chouffa, sa mère avec son caractère trempé d'italienne a su imposé le prénom de "Claude", Antoine fut donc attribué en deuxième prénom et Marie étant le prénom de la Vierge pour protéger l'enfant.

  • Sa mère, Lucia alias Chouffa, originaire de Calabre en Italie, s'occupe du foyer familial.
  • Frère : aucun.
  • Sœur : une seule (Josette François)
  • Claude François a aussi deux enfants, Claude Junior alias Coco, et Marc. 


Biographie

  • Sa famille est expulsée d'Égypte (avec de nombreux Français et Britanniques) lors de la nationalisation du canal de Suez ; il arrive avec ses parents à Marseille en 1956. La famille s'installe à Monaco puis à Nice.
  • Il apprend le piano, le violon et la batterie.
  • Il trouve une place de batteur dans un orchestre de quartet de jazz à Monte-Carlo, place que son père refusera tout d'abord car celui-ci souhaitait que son fils soit comptable (réf: Clo-Clo, le film de sa vie)
  • C'est à l'hiver 1960 qu'il arrive à Paris sur les conseils de Brigitte Bardot et de Sacha Distel avec Janet Woolcoot, qu'il a épousée le 5 novembre 1960 à Monaco.
  • Mars 1961 : son père décède d'une maladie des poumons, se laissant mourir, persuadé que la France l'a abandonné.
  • 1962 : premier succès avec Belles belles belles.
  • 1963 : Claude François demande à Michel Bourdais, dessinateur à Salut les copains, de réaliser son portrait. Il qualifiera de « merveilleux » ce dessin hyperéaliste qui est devenu par la suite, très célèbre.
  • 1964 : Claude François à l'Olympia
  • 1966 : apparition des Clodettes, ses danseuses.
  • 1967 : il compose avec Jacques Revaux et écrit avec Gilles Thibaut le titre Comme d'habitude, à la suite de sa rupture avec la chanteuse France Gall, qui sera adapté en anglais par Paul Anka (My Way) et repris notamment par Frank Sinatra Elvis Presley et Sid Vicious (mais avec des modifications du texte).
  • 13 mars 1967 : Claude François et Janet Woolcoot divorcent. Elle l'avait quitté au printemps 1962 pour Gilbert Bécaud qu'elle avait rencontré à l'Olympia.
  • 1967 : il fonde sa maison de disques Flèche. Il rencontre Isabelle Forêt qui donne naissance à Claude Junior le 8 juillet 1968 et Marc le 15 novembre 1969. Sa chanson "Parce que je t'aime mon enfant" est adaptée en anglais et reprise par Elvis Presley, "My boy".14 mars 
    1970 : malaise pendant un concert à Marseille salle Vallier,
  • 17 mai : accident de voiture sur l'autoroute du sud près d'Orange, un pneu éclate, Claude saura faire par la suite la "publicité" de cette marque de pneu à chaque interview qui suivirent.
  • 1972 : Il fonde son journal Podium qui devient rapidement la plus grosse publication pour les jeunes.
  • Séparation d'avec la mère de ses enfants. Il rencontrera Sofia, une suédoise avec laquelle il restera quatre ans.
  • 1973 : un fan l'agresse lors d'un concert.
  • 1975 : il est une victime collatérale d'un attentat de l'IRA dans son hôtel Hilton de Londres. Il doit la vie à une passante qui prendra la déflagration de plein fouet.
  • 1977 : il découvre que les droits qui lui ont été versés pour les adaptations de My Way, qui est devenu un succès mondial, n'ont pas été calculés correctement. Son dossier lui permet cependant d'obtenir gain de cause vers la fin de l'année[1]. Le 26 juin, il se fait tirer dessus alors qu'il est au volant de sa voiture, en chemin vers son moulin de Dannemois. Il échappe miraculeusement à la mort alors que la course poursuite avec ses agresseurs a duré pendant une dizaine de kilomètres.
  • Son dernier titre sera Alexandrie Alexandra (composé à l'automne 1977). Claude François meurt le 11 mars 1978, par électrocution dans la salle de bains, boulevard Exelmans à Paris, alors qu'il tentait de redresser une applique en cuivre qui était de travers sur le mur au dessus de la baignoire. Il devait, l'après-midi même (il était déjà en retard) participer à l'émission Rendez-vous de Michel Drucker. Un flash spécial à la radio et à la télévision annonce, à 16 heures, son décès.
  • 15 mars 1978 : son nouveau 45 tours Alexandrie, Alexandra arrive chez les disquaires, jour de ses obsèques qui eurent lieu en l'église d'Auteuil, à Paris.
  • Il est enterré au cimetière de Dannemois (Essonne) où sa tombe est l'objet de nombreuses visites. Il était propriétaire du moulin du village, aujourd'hui transformé en musée.
  • Le 11 mars 2000, une place Claude-François est inaugurée à Paris, boulevard Exelmans dans le 16e arrondissement, au pied de son ancien domicile parisien.
  • En 2004, une statue est inaugurée au Musée Grévin et en 2005, une rue d'Ismaïlia est également baptisée en son honneur.

Discographie de Claude François

La discographie de Claude François comporte un peu plus de 400 titres, (près de 500 chansons avec les versions en public). Il en a commercialisé près de 400, ce qui démontre une volonté de travail hors du commun. La liste du lien ci-dessus concerne environ 380 titres différents commercialisés et un relevé exhaustif des essais et répétition. La discographie étrangère de Claude François comporte des titres en anglais, en italien, en espagnol et même en japonais. Il sortit 278 titres en France et en Français (car les chiffres donnés au-dessus comprennent les versions étrangères).

Il est le sixième plus gros vendeurs de disques en FRANCE derrière Johnny Hallyday, Michel Sardou, Jean Jacques Goldman, Celine Dion et Sheila.

On peut déduire de cette discographie certains éléments :

Ses paroliers

Son attachement à sa première parolière Vline Buggy, et plus tard aux paroliers Gilles Thibaut, Eddy Marnay, Jean-Michel Rivat, Michèle Vendôme, Yves Dessca (qui deviendra producteur de Gloria Gaynor), Jacques Plante, Pierre Delanoë et Didier Barbelivien.

En 1977, il marque sa volonté de donner un sens plus pointu à ses chansons en faisant appel à Étienne Roda-Gil.

Ses compositeurs

Il ne compose et écrit personnellement que très peu de chansons, mais elles sont un indice de ses préoccupations personnelles. Dans la première partie de sa carrière, comme tous les chanteurs français yéyés de l'époque, il va surtout faire des reprises qu'il adapte au public français, les titres anglais originaux n'étant pas distribués ou tout simplement directement cédés à l'exportation pour adaptation.

Si Claude François s'inspire souvent de la Motown, particulièrement du compositeur Lamont Dozier, associé aux frères paroliers-producteurs Brian & Eddie Holland, il fait également appel aux compositeurs français. Ainsi, il fait appel à Patrick Juvet, Alice Dona, Alain Le Govic (plus connu sous le nom d'Alain Chamfort) et Jacques Revaux qui composera Comme d'habitude. Mais c'est surtout Jean-Pierre Bourtayre qui, s'inspirant des sources de la Motown, lui composera ses plus grands succès.

Sa minutie lui fait modifier toutes les partitions et paroles qui lui sont présentées comme pour Comme d'habitude qui s'inspire de sa rupture avec France Gall. Il est l'auteur du titre "Belles belles belles", que Vline Buggy à l'origine avait intitulée "Rien rien rien".

À ce jour (2007), environ 70 millions d'albums furent vendus.

Quelques titres "phares"

  • 1962 : Le nabout twist (sa toute première chanson qui sera peu connue en France) mais dont il dut changer les paroles car certains passages étaient en arabe. On était alors en pleine guerre d'Algérie.
  • 1962 : Belles, Belles, Belles (c'est sa première chanson à succès : il devient une vedette)
  • 1962 : Marche tout droit
  • 1963 : Si j'avais un marteau
  • 1964 : Donna, donna
  • 1964 : J'y pense et puis j'oublie
  • 1965-1966 : Même si tu revenais, Sur le banc 21
  • 1967 : Comme d'habitude (c'est la troisième chanson la plus interprétée dans le monde)
  • 1968 : Eloïse
  • 1969 : Un monde de musique
  • 1969 : Tout éclate, tout explose 
  • 1971 : C'est la même chanson, Je te demande pardon
  • 1971 : Il fait beau, il fait bon, Stop au nom de l'amour
  • 1972 : Y'a le printemps qui chante , En attendant
  • 1972 : Le lundi au soleil, Belinda, Celui qui reste
  • 1973 : Je viens dîner ce soir
  • 1973 : Sha la la
  • 1973 : Chanson populaire
  • 1974 : Le mal aimé, La musique américaine
  • 1974 : Le téléphone pleure (c'est son plus grand succès)
  • 1975 : Toi et moi contre le monde entier, Le chanteur malheureux
  • 1975 : Pourquoi pleurer, Une chanson française
  • 1976 : Cette année-là, 17 ans, Sale bonhomme, Le vagabond, Danse ma vie
  • 1977 : Je vais à Rio, Les anges, les roses et la pluie, Toi et le soleil
  • 1977 : Magnolias for ever, Alexandrie Alexandra, My way, So near and yet so far, The vagabond

    etc.....................


Filmographie

  • 1977 : Drôles de zèbres, film de Guy Lux
  • 2004 : Podium, film pastiche sur les sosies de Claude François.

 


Aujourd'hui sont déjà 1 visiteurs (7 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=